Un incendie réduit un chalet abandonné en cendres

Brigitte
Brigitte Bertrand
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

VAL-MORIN- Un chalet désaffecté et bien enfoui dans les bois a été la proie des flammes, le 15 août dernier en fin d’avant-midi, à Val-Morin.

Les pompiers ont reçu un premier appel vers 10h45 pour une présence de fumée en haut de la 11e Avenue, puis un second signalant un incendie de résidence.

 

« Le premier pompier arrivé sur les lieux a constaté un embrasement généralisé. Ce fut donc une intervention défensive. Dans un cas comme celui-là, lorsqu’on essaie de sauver un chalet désaffecté, on ne prend aucun risque. Il n’y a pas personne qui crie par les châssis, on y va défensif seulement », rapporte le Capitaine Alexandre Dion-Legault, du Service d’incendie de Val-Morin.

 

Les combattants du feu ont maîtrisé le brasier en moins d’une heure, mais ils ont passé un bon moment à déblayer les débris et à s’assurer que les foyers étaient bien éteints. « Comme la structure s’est effondrée, il a fallu quelques heures pour être certain qu’il n’y avait plus de points chauds », ajoute le Capitaine.

 

« C’était une résidence secondaire datant des années 30 ou 40, qui n’était plus occupée depuis quelques années. Certains indices nous ont laissé croire qu’il y aurait eu des squatteurs, mais rien de définitif ». La propriétaire des lieux, qui vérifie l’endroit deux fois par année, aurait mentionné aux pompiers qu’elle soupçonnait en effet une présence étrangère sur son terrain.

Les combattants du feu ont maîtrisé le brasier en moins d’une heure

Du renfort de Val-David

« Les trois véhicules d’urgence de Val-Morin étaient sur place et le service d’incendie a immédiatement fait appel aux pompiers de Val-David. « Lorsque nous avons un incendie confirmé de jour et en pleine semaine, nous demandons Val-David en entraide afin de rencontrer les normes du schéma d’incendie. C’est donc notre première réaction, puisque la main d’œuvre est souvent à l’extérieur de la municipalité », ajoute-t-il.

« Malgré la perte du bâtiment, ce fut une très belle intervention. Tout le monde est resté calme. Tout s’est déroulé dans les règles de l’art. Nous avions des camions qui transportaient l’eau. Même si nous étions à côté de la réserve d’eau de Val-Morin, il n’y avait pas de borne-fontaine ».

« C’est dommage pour la dame. Elle vient de perdre le chalet de son mari qui est décédé il y a trois ans, mais au moins personne n’a été blessé. On peut toujours acheter une autre hache, l’important c’est que tout le monde revienne à la caserne en un morceau », conclut le capitaine Dion-Legault.

Une enquête est en cours afin de déterminer les causes possibles. « Nous en sommes à éliminer certaines thèses. (…) Nous aurons plus de détails bientôt ».

Organisations: Service d’incendie de Val-Morin

Lieux géographiques: Val-David, Val-Morin

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires